L’usine de réparation de locomotives de Nikolaev modernisera 55 locomotives en faveur de l’Égypte

L’usine de réparation de locomotives Nikolaev (NTRZ) a une forte intention de revision générale et modernisation de nouvelles séries de locomotives et de diversifier les marchés. L’entreprise a signé un accord de coopération avec une société qui représente officiellement les Chemins de Fer Egyptiens pour la modernisation de 55 locomotives de série AD Tranz.

«Aujourd’hui, la sortie de la NTRZ au continent africain peut être considérée comme accomplie«, indique le message du service de presse.

Le nombre déclaré de locomotives à l’avenir peut être porté à 200 unités.

Il est à noter que la modernisation sera effectuée à la fois dans les installations de l’usine de Nikolaev et aussi dans les ateliers des usines de réparation de locomotives en Égypte.

« Nous procéderons à une modernisation des locomotives en profondeur avec l’installation de nouveaux moteurs diesel, nouveaux équipements électriques et auxiliaires, de nouveaux systèmes de contrôle à microprocesseur qui amélioreront considérablement les performances économiques des locomotives et réduiront le coût de leur exploitation et maintenance », a déclaré le directeur. de NTRZ Sergueï Roy.

Il a également ajouté que le partenariat est prévu au long terme, puisque le nombre déclaré de locomotives à l’avenir peut être porté jusqu’à 200 unités.

Il est rapporté qu’en plus de la modernisation des locomotives elles-mêmes, leur entretien ultérieur est aussi envisagé, en particulier, la création d’un département de service d’entretien en Égypte où travailleront des représentants de l’usine NTRZ, effectuant des travaux d’ingénierie pour la maintenance des locomotives. La société a noté que les locomotives égyptiennes ont un «âge» plus jeune par rapport à celles qui sont exploitées dans l’espace post-soviétique et dont la NTRZ s’occupait auparavant, car elles ont été produites en 1996-2010.

Ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine : « l’énergie verte » ouvre de nouvelles opportunités pour l’Ukraine

Dmytro Kuleba, ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine, a participé à une table ronde sur le thème « Énergie : quel avenir nous attend ? dans le cadre du Forum diplomatique d’Antalya.

Le ministre est convaincu que la transition « verte » des économies est un fait historique et, bien que les producteurs de pétrole et de gaz essaieront de maintenir le statu quo, l’histoire ne peut être arrêtée.

« Pour l’Ukraine, le développement de sources d’énergie alternatives, notamment renouvelables, apporte un grand soulagement et ouvre de nouvelles opportunités. Il y a dix ans, la part du solaire et de l’éolien dans notre économie était presque imperceptible. Aujourd’hui, c’est un élément important du bilan énergétique de l’Ukraine », a-t-il ajouté.

Dmytro Kuleba a rappelé que l’Union européenne dans sa stratégie énergétique a identifié l’Ukraine comme un partenaire prioritaire dans l’approvisionnement en hydrogène « vert » du marché de l’UE et a assuré que l’Ukraine travaille avec détermination pour préparer son exportation.

Le chef de la diplomatie ukrainienne a accordé une attention particulière aux menaces de Nord Stream-2, qui sape la sécurité énergétique de l’Europe et viole les principes européens de diversification des marchés énergétiques. Il a noté que le seul objectif du projet russe est de contourner l’Ukraine pour des raisons politiques, car d’un point de vue économique et stratégique, le gaz doit être fourni de la Russie à l’Union européenne via l’Ukraine : «L’Ukraine a toujours été et reste un transit de gaz

Enfin, Dmytro Kuleba a souligné le rôle de l’Ukraine et de la Turquie dans la région de la mer Noire : «La mer Noire est désormais pleine de menaces en raison de l’occupation temporaire de la Crimée par la Russie. Mais l’Ukraine et la Turquie sont les deux forces stabilisatrices géographiquement les plus importantes dans la région de la mer Noire. Nous avons une excellente coopération dans presque tous les domaines. L’énergie est l’un d’entre eux

Selon le ministre, l’un des éléments importants de la stabilité et de la diversification énergétiques stratégiques dans notre partie du monde est le gazoduc transanatolien (TANAP) : « Nous attendons également de la Turquie qu’elle achève un nouveau canal reliant la mer Noire et la mer Méditerranée. Cela créera de nouvelles opportunités pour l’approvisionnement en gaz GNL des pays de la région de la mer Noire. » Le ministre a noté l’importance particulière de bonnes relations entre l’Ukraine et la Turquie, ainsi que la contribution importante d’Ankara à la diversification de l’approvisionnement énergétique dans la région.

Le plus grand parc éolien ukrainien sera construit dans la région de Kherson au prix de 450 millions d’euros

Ce sera une centrale éolienne d’une capacité de 250 MWa à construire sur 68 hectares

Selon les médias locaux, des terres impropres aux activités agricoles seront utilisées pour localiser le parc éolien. Le parc éolien va être construit sur le territoire de la communauté territoriale rurale de Sivash sur une superficie de 68 hectares.

Il est rapporté que d’ici la fin de l’année, 64 poteaux à vent d’une hauteur de 120 mètres sont prévus à l’installation. La capacité du parc éolien arrivera à 250 MWa.

La région de Kherson est devenue une plate-forme active pour l’introduction de l’énergie « verte » en 2010, lorsque les premiers projets d’énergie solaire et éolienne ont été mis en œuvre. La construction de centrales électriques alternatives est surtout bénéfique pour les communautés locales.

Le coût total du projet de parc éolien dans la communauté de Sivash est de 450 millions d’euros. Aujourd’hui, dans la région de Kherson, il y a en exploitation sept centrales éoliennes et 47 centrales solaires.

L’Ukraine et l’Égypte étudient la possibilité de production et d’exportation conjointes vers les marchés d’Afrique

L’Ukraine et l’Égypte discutent de la possibilité de production conjointe entre leurs entreprises et visant aux exportations vers les marchés africains. C’est ce qu’a déclaré l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République arabe d’Égypte Ayman Ahmed Mokhtar Elgammal.

«L’Egypte est membre d’un certain nombre de zones de libre-échange dans les pays africains et arabes. Par exemple, nous avons invité le gouvernement ukrainien à investir dans la zone économique spéciale du canal de Suez (SCZone)», a-t-il déclaré.

Selon l’ambassadeur égyptien, les entreprises ukrainiennes pourront fabriquer des produits en Égypte et bénéficier des accords de libre-échange égyptiens dans la région.

«Ce sera également le sujet d’une réunion du comité technique intergouvernemental, tout prochainement», a-t-il ajouté.

«Dans le même temps, diverses organisations en Ukraine, dont Ukrmashstroy et ses sociétés membres, ont demandé à ouvrir leurs bureaux de représentation en Egypte pour la production conjointe de produits de haute technologie de l’ingénierie lourde», a-t-il déclaré.

En outre, selon l’Ambassadeur, la reprise du Conseil d’affaires ukraino-égyptien (UEDR) sera prévue lors d’une réunion bilatérale intergouvernementale.

Selon lui, le Conseil d’affaires sera composé de représentants des entreprises ukrainiennes et égyptiennes.

« Les chambres de commerce des deux pays représenteront les participants intéressés et expérimentés dans les affaires en Ukraine et en Égypte. Les activités du conseil viseront également à promouvoir les investissements commerciaux et bilatéraux, en organisant diverses expositions sectorielles dans les deux pays.

Ainsi, puisque le conseil envisage les deux côtés, il sera plus clair, pour les entreprises, comment investir en Ukraine », a expliqué le diplomate. L’Ambassadeur a rappelé que l’UEDR a été créée il y a dix ans, mais qu’il restait inactif depuis quelques années.

Les ministres des Affaires étrangères de l’Ukraine et du Niger se sont rencontrés pour la première fois dans l’histoire des relations bilatérales

Dans le cadre de l’intensification des relations de l’Ukraine avec les pays africains, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba a rencontré le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération de la République du Niger Hassumi Massoud en marge du Forum Diplomatique d’Antalya.

Il s’agissait de la première rencontre entre les ministres des Affaires étrangères de l’Ukraine et du Niger depuis l’établissement des relations diplomatiques en 1999.Dmytro Kuleba et Hassumi Massoudo conviennent de tenir des consultations politiques des Ministères des Affaires étrangères dans un proche avenir pour discuter des mesures visant à intensifier le dialogue politique, augmenter le commerce, attirer des étudiants nigérians aux universités ukrainiennes et renforcer la coopération dans les organisations internationales.