La plupart des catastrophes du XXIe siècle sont associées à des événements météorologiques extrêmes

La plupart des catastrophes du 21er  siècle sont liées à des événements météorologiques extrêmes, selon le rapport du Bureau des Nations Unies pour la prévention des catastrophes publié lundi le 12 octobre dernier sur son site Web.

«Dans la période de 2000 et 2019, il y a eu 7 348 catastrophes qui ont fait 1,23 million de morts, causé près de 1,63 billion de dollars de dommages économiques et affecté la vie de 4,2 milliards de personnes», indique le communiqué de presse.

«Entre 1980 et 1999, 4 212 catastrophes ont été associées à des catastrophes naturelles, tuant environ 1,19 million de personnes, privant 3,25 milliards de personnes de leur vie et estimant les dommages économiques à 1,63 billion de dollars. La différence est due à l’augmentation de la quantité des catastrophes climatiques », dit-il.

Le nombre des événements climatiques défavorables est passé de 3 656 à 6 681, ce sont principalement des inondations et des tempêtes. L’Asie a souffert le plus, elle est suivie du continent américain et de l’Afrique.

Ils ont été particulièrement dévastateurs en 2004, 2008 et 2010, tuant plus de 200 000 personnes chacun, et la catastrophe naturelle la plus meurtrière, le tsunami de l’année 2004 dans l’océan Indien. Il a coûté la vie à 226 400 personnes.

Le 13 octobre a été déclaré Journée internationale de la réduction des risques de catastrophe.
Source: Interfax-Ukraine

Le saviez-vous ?

Les fonds alloués aux interventions d’urgence sont environ 20 fois supérieurs à ceux destinés à la prévention et à la préparation, ce qui va à l’encontre de principes de durabilité.

Il n’existe pas de « catastrophe naturelle » mais bien ce que l’on appelle « des risques naturels ».

Ces risques sont le résultat d’un danger, d’une exposition et d’une vulnérabilité.

C’est le contexte de danger, d’exposition et de vulnérabilité qui a des effets en termes de décès, de pertes et de dommages.

Les données et les analyses ont tendance à compartimenter le risque, de manière à le simplifier et à le quantifier — ce qui est dangereux. Une focalisation sur les chiffres met l’accent sur les conséquences directes à court terme.

L’Ukraine est devenue le leader en Europe de l’Est en dynamique de développement de l’intelligence artificielle

Le Ministère de la transformation numérique de l’Ukraine s’efforce de faire de l’Ukraine l’un des leaders mondiaux dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA). À cette fin, a été élaboré un projet de concept pour le développement de l’IA en Ukraine. Il a déjà été discuté publiquement et approuvé par les organes exécutifs centraux concernés.

Oxford Insights et le Centre international pour le développement de la recherche ont récemment publié le Government AI Readiness Index 2020. Selon les statistiques, l’Ukraine compte le plus grand nombre d’entreprises de technologie d’IA en Europe de l’Est.

En 3 ans seulement, le nombre d’entreprises ayant une expérience dans le domaine de l’intelligence artificielle a quadruplé. Au début de l’année 2020, il y a, en Ukraine, près de 150 fournisseurs ayant une expérience suffisante dans le domaine de l’intelligence artificielle. Ensuite vient la Pologne avec plus de 110 fournisseurs et la Biélorussie avec 45 entreprises. L’indice mesure la volonté des gouvernements d’utiliser l’intelligence artificielle pour fournir des services publics à leurs citoyens et prend en compte les opportunités et les facteurs qui contribuent à l’introduction de l’IA.

Dans l’indice de préparation du gouvernement à l’IA 2020, l’Ukraine se classe 57ième. Les cinq premiers de l’indice sont les États-Unis, le Royaume-Uni, la Finlande, l’Allemagne et la Suède. Le ministère des Statistiques prévoit qu’après l’adoption du concept du développement de l’IA par le gouvernement, l’Ukraine augmentera de 10 à 20 points dans le classement mondial de l’indice de préparation du gouvernement à l’IA 2020.

Usine d’essence à indice d’octane élevé a été mise en exploitation en Ukraine, la première dans le pays

Des entreprises internationales ont participé au projet de modernisation de l’équipement de raffinerie, qui a duré pendant 3 ans et a coûté plus de 26 millions d’euro.

Le 12 octobre, la raffinerie de pétrole Kremenchug de PJSC Ukrtatnafta a ouvert une unité d’isomérisation, qui produira de l’essence à indice d’octane élevé sans l’additif importé.

Selon le service de presse de l’Administration Régionale de Poltava, la mise en œuvre du projet est devenue possible grâce à la coopération et l’interaction étroites avec Axens et Honeywell UOP. La phase active des travaux a débuté en 2017 et a duré pendant 3 ans. Ceci fait, l’investissement total dans ce complexe technologique est de 26 millions d’euro.

«Le lancement de l’usine d’isomérisation et la production permettront à l’entreprise de produire de l’essence à indice d’octane élevé, sans utiliser des additifs importés coûteux aux carburants MTBE (méthyl tert-butyl éther). Auparavant, le coût d’un tel achat de MTBE importé s’élevait à 50 millions de dollars par an», — a déclaré Ruslan Lyapko, premier vice-président par intérim du conseil d’administration d’Ukrtatnafta.

Le produit final fabriqué par l’usine est l’isomérisate, un composant pour la préparation d’essence à indice d’octane élevé. La capacité nominale de l’installation est de 350 000 tonnes par an. Le rendement du produit est de 98%, tout en fournissant les indicateurs nécessaires de son indice d’octane. L’utilisation d’isomérisat dans le processus de préparation de l’essence commerciale peut améliorer considérablement les propriétés opérationnelles et environnementales du carburant, pour assurer la résistance à la détonation de l’essence, ce qui entraîne un fonctionnement stable du moteur à différents modes de charge. Par conséquent, une réduction significative de la consommation de carburant pourrait réellement être obtenue.

A propos des perspectives de coopération scientifique et technique entre l’Ukraine et les pays du golfe Persique

Il s’agit principalement de l’Arabie Saoudite, du Koweït, du Qatar et de l’Oman.

Ces pays disposent de ressources financières importantes, mais ils ont besoin de nouvelles technologies et de nouveaux biens et services sur leurs bases.

L’Ukraine a beaucoup de choses à offrir à ses partenaires arabes, mais les ukrainiens ne sde connaissent toujours pas assez bien et ne peuvent donc pas pleinement réaliser leur.

La base scientifique et technique de l’Ukraine est sérieuse et fondamentale, elle réunit des ingénieurs hautement qualifiés, mais pour un certain nombre de raisons, y compris des raisons objectives, peu de monde dans le monde arabe le savent.

Le domaine de la technologie informatique, ainsi que la construction aéronautique et le transport aérien où l’Ukraine peut concurrencer les plus grandes entreprises mondiales, revêt un intérêt particulier pour les entreprises arabes.

Nous disposons également de technologies domestiques uniques pour le traitement de l’eau et la production des produits alimentaires biologiques propres.

Afin d’établir des relations commerciales mutuellement avantageuses avec les entrepreneurs arabes, les entreprises ukrainiennes doivent faire preuve de plus d’initiative et entamer plus de contacts et d’activités avec les représentants des milieux gouvernementaux et ceux d’affaires de l’Est arabe.

Cela donnera l’occasion de mieux se connaître, de trouver des intérêts communs et de créer des projets commerciaux communs et mutuellement avantageux.

Outre les canaux officiels de communication internationale de l’État, tels que le Ministère des Affaires Etrangères, les associations commerciales non gouvernementales et les cabinets de conseil et d’avocats spécialisés peuvent apporter une aide importante pour établir des contacts et échanger des informations avec des partenaires arabes.

L’une de ces associations professionnelles d’entrepreneurs est le Conseil Ukraino-Arabe des Affaires qui réserve une large gamme de conseils professionnels concernant l’établissement et le développement de relations commerciales avec des entrepreneurs arabes.

Afin de réussir sur le marché international hautement compétitif des biens et services d’aujourd’hui, les représentants des entreprises ukrainiennes doivent faire preuve de plus de courage et d’initiative et faire appel à des spécialistes créatifs et hautement qualifiés maîtrisant les spécificités des entreprises locales, ayant des relations avec des milieux d’affaires et ceux des gouvernements et pouvant fournir une assistance qualifiée à un homme d’affaires en temps opportun et le mettre en garde contre d’éventuelles erreurs.

Journée mondiale de la santé mentale 2020

Cette année, la Journée mondiale de la santé mentale (10 octobre) est célébrée alors que la pandémie de COVID-19 modifie considérablement notre façon de vivre au quotidien. Ces derniers mois, les difficultés ont été nombreuses : pour les soignants qui ont dû prodiguer des soins dans des circonstances difficiles et qui sont allés travailler en craignant de ramener la COVID-19 chez eux ; pour les élèves, qui ont dû s’adapter à l’enseignement à distance, en ayant peu de contact avec leurs enseignants et leurs amis et en étant inquiets pour leur avenir ; pour les travailleurs dont les moyens de subsistance sont menacés ; pour le grand nombre de personnes pauvres ou qui se trouvent dans des situations de crise humanitaire et qui sont très peu protégées de la COVID-19 ; pour les personnes atteintes de troubles mentaux, dont beaucoup sont encore plus isolées socialement qu’auparavant ; et pour ceux qui ont perdu un être cher et qui doivent faire un travail de deuil, parfois sans avoir pu faire leurs adieux au défunt.

Les conséquences économiques de la pandémie se font déjà sentir et, en effet, des entreprises licencient du personnel pour tenter de survivre, ou doivent purement et simplement fermer.

Compte tenu de l’expérience acquise dans les situations d’urgence, les besoins en santé mentale et en soutien psychosocial devraient augmenter considérablement au cours dans les mois et les années à venir. L’investissement dans les programmes de santé mentale aux niveaux national et international, insuffisamment financés depuis plusieurs années, est aujourd’hui plus important que jamais.

C’est pourquoi, cette année, la campagne de la Journée mondiale de la santé mentale vise à favoriser l’investissement en faveur de la santé mentale.