Les investissements étrangers directs en Ukraine ont augmenté de 2,7 milliards de dollars

Les investissements directs étrangers en Ukraine au premier semestre 2021 ont augmenté de 2,7 milliards de dollars, a déclaré le Premier ministre ukrainien Denis Shmygal sur sa page Facebook.

Selon lui, UkraineInvest (Office de soutien des investissements) a déjà reçu des demandes pour près de 2 milliards de dollars au titre de la loi sur « l’investissement » dont 9 projets pour 534 millions de dollars dans le domaine des industries de transformation agricole.

Il est indiqué qu’en général l’industrie de transformation et la production agroalimentaire ont reçu des demandes pour neuf projets.

«L’Ukraine passe activement d’une économie de matières premières à un pays qui transforme les produits sur place et garde une valeur ajoutée», a écrit le Premier ministre sur le réseau social.

Comme le rapporte Denis Shmygal, sont également prévus 5 projets logistiques de 531 millions de dollars. Notamment, ce sont des projets dans le domaine des transports et du tourisme, leur valeur remonte au montant de 138 millions de dollars. Plus tôt, la société d’investissement Horizon Capital a déclaré que les indicateurs d’investissements étrangers directs nets en 2020 en Ukraine étaient les pires pendant les 20 dernières années.

L’Algérie augmentera ses importations de céréales ukrainiennes en raison du changement climatique

L’Algérie augmentera, en l’avenir, ses importations de céréales ukrainiennes en raison des changements climatiques.

Le pays a accepté de rapprocher ses exigences d’appel d’offres pour les importations de céréales aux normes généralement acceptées du marché, y compris le niveau des autres pays d’Afrique du Nord, selon l’Association Ukrainienne des Céréales (AUC).

«Aujourd’hui, l’Algérie a fixé des exigences d’appel d’offres pour les importations de blé à un niveau que la région de la Mer Noire ne peut pas réellement atteindre. C’est pourquoi l’Ukraine exporte une faible quantité de céréales vers l’Algérie. Au cours de la dernière campagne céréalière 2020/2021, l’Ukraine n’en a exporté qu’un peu plus de 200 mille tonnes de céréales à l’Algérie, «- a déclaré dans un communiqué AUC.

L’association a noté qu’il y a suffisamment de céréales en Ukraine conformes aux restrictions algériennes sur le maintien à 0,5% des céréales endommagées par les insectes. L’augmentation de ce chiffre à 1%, comme indiqué dans la plupart des pays importateurs de blé d’Afrique du Nord, pourrait augmenter considérablement l’offre à l’Algérie en provenance d’Ukraine. Par exemple, pour le Maroc et l’Egypte ce chiffre est limité à 1%, et pour la Tunisie il n’est pas du tout limité.

Le président de l’AUC, Mykola Gorbatchev, a présenté à la partie algérienne le potentiel et les opportunités de l’Ukraine en matière de production et d’exportation de céréales. Il a noté que le commerce bilatéral de céréales pourrait être considérablement amélioré si la partie algérienne rapprochait ses exigences d’appel d’offres pour les importations de céréales des normes généralement acceptées du marché.

Selon AUC, la partie algérienne a accepté de discuter d’éventuels changements dans les procédures d’appel d’offres. Après le sommet, les parties ont convenu de tenir une réunion séparée pour discuter et approfondir la coopération et le commerce des céréales.Source : Interfax Ukraine

La construction de la plus grande installation en Europe d’élevage de crevettes à cycle complet touche à sa fin

Tiligul Aqua Farm achève la construction de la plus grande installation d’élevage de crevettes du Pacifique (penaeus vannamei) à cycle complet en Europe.

C’est ce qui a été déclaré par le chef de projet Lubomir Gaydamaka, selon Interfax-Ukraine.

Il a précisé qu’il s’agit de la première étape d’un complexe aquacole sur les rives de l’estuaire du Tiligul, la productivité de la ferme atteindra 500 tonnes par an de produits finis et les investissements dans le projet s’élèveront à 200 millions d’UAH.

À l’avenir, Tiligul prévoit de construire un incubateur pour les alevins de poissons marins sur le territoire du complexe : bar, dorade, baramundi et mérou — avec un coût total d’environ 20 millions d’euros, capable de produire jusqu’à 1 000 tonnes de poisson commercialisable par an.

Selon le chef de projet, la ferme aquatique de Tiligul crée une production orientée verticalement qui satisfait pleinement ses besoins en matières premières. Le projet comprendra sa propre usine d’aliments pour animaux, tous les processus de transformation, et disposera également de son propre stock de géniteurs et d’un incubateur pour les alevins de crevettes. L’entreprise a également l’intention de vendre du matériel végétal excédentaire pour les aliments pour crustacés, les aliments composés et les produits de transformation intermédiaire à d’autres entreprises qui souhaitent développer l’aquaculture en Ukraine.

 «Nous créons une installation ‘ancre’ qui permettra à une autre entreprise de s’engager dans une telle entreprise», a souligné Lubomir Gaydamaka et a ajouté que la société envisage de créer un parc industriel dans cette zone pour le développement de l’aquaculture.

Selon Lubomir Gaydamaka, l’Ukraine importe chaque année environ 2,4 mille tonnes de crustacés. La grande majorité des exportations sont du krill et des écrevisses, tandis que la capacité du marché pour la crevette du Pacifique (ou « crevette royale ») est de 200 à 300 t/an. Actuellement, a-t-il dit, ce représentant de l’aquaculture n’est pas produit dans le pays, mais il est importé uniquement surgelé, tandis que Tiligul a l’intention de produire des crevettes réfrigérées.

Lubomir Gaydamaka a déclaré que la société se prépare actuellement à la certification de ses produits conformément aux normes européennes.

À l’heure actuelle, la charpente de la ferme aquatique est presque terminée et son lancement officiel est prévu pour le 10 octobre 2021, mais le temps pluvieux, qui a déjà ralenti l’avancement des travaux, pourrait déplacer la chronologie. Les importations de crustacés en Ukraine en 2020 ont augmenté de 57,4% en termes physiques — jusqu’à 11,5 mille tonnes, et de 42,6% en termes monétaires — jusqu’à 55 millions de dollars, tandis que leurs exportations du pays ont augmenté plus de six fois — jusqu’à 0,8 mille tonnes pour 5,2 millions de dollars.

L’usine de réparation de locomotives de Nikolaev modernisera 55 locomotives en faveur de l’Égypte

L’usine de réparation de locomotives Nikolaev (NTRZ) a une forte intention de revision générale et modernisation de nouvelles séries de locomotives et de diversifier les marchés. L’entreprise a signé un accord de coopération avec une société qui représente officiellement les Chemins de Fer Egyptiens pour la modernisation de 55 locomotives de série AD Tranz.

«Aujourd’hui, la sortie de la NTRZ au continent africain peut être considérée comme accomplie«, indique le message du service de presse.

Le nombre déclaré de locomotives à l’avenir peut être porté à 200 unités.

Il est à noter que la modernisation sera effectuée à la fois dans les installations de l’usine de Nikolaev et aussi dans les ateliers des usines de réparation de locomotives en Égypte.

« Nous procéderons à une modernisation des locomotives en profondeur avec l’installation de nouveaux moteurs diesel, nouveaux équipements électriques et auxiliaires, de nouveaux systèmes de contrôle à microprocesseur qui amélioreront considérablement les performances économiques des locomotives et réduiront le coût de leur exploitation et maintenance », a déclaré le directeur. de NTRZ Sergueï Roy.

Il a également ajouté que le partenariat est prévu au long terme, puisque le nombre déclaré de locomotives à l’avenir peut être porté jusqu’à 200 unités.

Il est rapporté qu’en plus de la modernisation des locomotives elles-mêmes, leur entretien ultérieur est aussi envisagé, en particulier, la création d’un département de service d’entretien en Égypte où travailleront des représentants de l’usine NTRZ, effectuant des travaux d’ingénierie pour la maintenance des locomotives. La société a noté que les locomotives égyptiennes ont un «âge» plus jeune par rapport à celles qui sont exploitées dans l’espace post-soviétique et dont la NTRZ s’occupait auparavant, car elles ont été produites en 1996-2010.

Ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine : « l’énergie verte » ouvre de nouvelles opportunités pour l’Ukraine

Dmytro Kuleba, ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine, a participé à une table ronde sur le thème « Énergie : quel avenir nous attend ? dans le cadre du Forum diplomatique d’Antalya.

Le ministre est convaincu que la transition « verte » des économies est un fait historique et, bien que les producteurs de pétrole et de gaz essaieront de maintenir le statu quo, l’histoire ne peut être arrêtée.

« Pour l’Ukraine, le développement de sources d’énergie alternatives, notamment renouvelables, apporte un grand soulagement et ouvre de nouvelles opportunités. Il y a dix ans, la part du solaire et de l’éolien dans notre économie était presque imperceptible. Aujourd’hui, c’est un élément important du bilan énergétique de l’Ukraine », a-t-il ajouté.

Dmytro Kuleba a rappelé que l’Union européenne dans sa stratégie énergétique a identifié l’Ukraine comme un partenaire prioritaire dans l’approvisionnement en hydrogène « vert » du marché de l’UE et a assuré que l’Ukraine travaille avec détermination pour préparer son exportation.

Le chef de la diplomatie ukrainienne a accordé une attention particulière aux menaces de Nord Stream-2, qui sape la sécurité énergétique de l’Europe et viole les principes européens de diversification des marchés énergétiques. Il a noté que le seul objectif du projet russe est de contourner l’Ukraine pour des raisons politiques, car d’un point de vue économique et stratégique, le gaz doit être fourni de la Russie à l’Union européenne via l’Ukraine : «L’Ukraine a toujours été et reste un transit de gaz

Enfin, Dmytro Kuleba a souligné le rôle de l’Ukraine et de la Turquie dans la région de la mer Noire : «La mer Noire est désormais pleine de menaces en raison de l’occupation temporaire de la Crimée par la Russie. Mais l’Ukraine et la Turquie sont les deux forces stabilisatrices géographiquement les plus importantes dans la région de la mer Noire. Nous avons une excellente coopération dans presque tous les domaines. L’énergie est l’un d’entre eux

Selon le ministre, l’un des éléments importants de la stabilité et de la diversification énergétiques stratégiques dans notre partie du monde est le gazoduc transanatolien (TANAP) : « Nous attendons également de la Turquie qu’elle achève un nouveau canal reliant la mer Noire et la mer Méditerranée. Cela créera de nouvelles opportunités pour l’approvisionnement en gaz GNL des pays de la région de la mer Noire. » Le ministre a noté l’importance particulière de bonnes relations entre l’Ukraine et la Turquie, ainsi que la contribution importante d’Ankara à la diversification de l’approvisionnement énergétique dans la région.